Avertir le modérateur

  • On me communique ! SVP faites suivre.......

    « NE PAS DEPASSER LES BORNES ! »

    La mise en examen de Nicolas Sarkozy, décidée en pleine nuit après 15 heures d’une garde à vue unique en son genre, suscite depuis ce matin des commentaires nombreux et variés, qui se sont intensifiés ce soir avec les déclarations de l’ancien Président sur TF1.

    Je ne sais pas quel est le fond des choses dans cette énième mise en cause de l’ancien chef de l’Etat et nous finirons bien un jour par connaître la vérité, quelle qu’elle soit.
    La police et la justice, en théorie, sont faites pour cela….

    Mais on ne m’empêchera pas d’émettre certains doutes et de formuler quelques observations.

    Des doutes sérieux quant à la conception qu’ont certains magistrats de la « fameuse » présomption d’innocence.

    Interrogé ce matin sur RTL, un haut magistrat en exercice à la Cour d’Appel de Versailles, présenté clairement comme membre du très apolitique « syndicat de la magistrature », s’est converti au journalisme et au commentaire politique en estimant sans vergogne que cette garde à vue, « limitée à une durée de 15 heures », constituait bel et bien une marque de clémence de la part des magistrats en direction d’un justiciable.

    Cette provocation est tellement incroyable qu’il m’a fallu beaucoup d’efforts pour admettre que j’avais bien entendu.

    Car ce que dit ni plus ni moins cet observateur totalement indépendant, c’est que Sarkozy s’en est bien tiré parce qu’on l’avait bien voulu et que, coupable évident de ce qui lui est reproché, il mériterait bel et bien la lourde sanction qui pourrait résulter du grave délit de « corruption active ».

    On croit rêver !

    Car je ne peux pas ne pas ressentir, comme beaucoup de français, que ça commence à faire un peu trop, et que cet acharnement à vouloir éliminer par tous moyens le trop encombrant Sarkozy est manifestement suspect.

    Car si mesdames les juges d’instruction avaient, comme cela apparaît évident, l’intention dès le début de mettre l’intéressé en examen, elles pouvaient parfaitement le convoquer directement pour lui signifier les charges qui d’après elles pesaient contre lui et par voie de conséquence le mettre directement en examen !

    Car cette mise en scène bien orchestrée d’une garde à vue qui ne va pas à son terme pour se permettre d’affirmer ensuite avec un toupet incroyable que Sarkozy a finalement bénéficié d’un traitement de faveur pue à mille lieues le parfum d’une indécence et d’une haine qui font plus que sérieusement douter de l’indépendance de la partie la plus radicale de notre magistrature.

    Et quand on entend de surcroît ce haut magistrat de Versailles pérorer encore ce matin sur les « gens de droite » on comprend encore mieux que pour ces messieurs-dames du Syndicat de la Magistrature, l’indépendance de la justice n’est qu’un misérable cache-sexe destiné à leur permettre de jouer sur tous les tableaux en se permettant toutes les intrusions dans la vie politique de notre pays.

    Il faut dire que nous connaissons bien leur « aptitude » à s’occuper de tout et à donner la leçon à la terre entière, eux qui s’autorisent en permanence à juger la loi plutôt que de juger en application de la loi….

    Et gare à ceux qui se mettent en travers de leur pouvoir absolu, ils finiront, comme j’ai eu l’insigne honneur d’en bénéficier, sur le « mur des cons »….

    Et que penser d’un Premier Ministre qui, par le plus grand des hasards, franchit au même moment les limites pour juger « graves » les faits qui seraient reprochés à Nicolas Sarkozy ?
    Ne bafoue-t-il pas à en tenant ces propos tous les principes de la séparation des pouvoirs, de l’indépendance de l’autorité judiciaire et de la présomption d’innocence en ajoutant sa voix à celle de ceux qui ont déjà décidé de la culpabilité de notre ancien Président ?

    Cet acharnement orchestré est tellement énorme que nous ne pouvons qu’être inquiets devant cet enchevêtrement des discours et des postures qui témoignent d’une insolente collusion entre un pouvoir à la dérive mais prêt à tout et une certaine partie de la justice qui a depuis longtemps perdu son âme en mélangeant les genres et en s’arrogeant tous les pouvoirs sans qu’aucun contre-pouvoir ne puisse garantir les libertés fondamentales.

    Et tout ceci le jour même où la commission des lois de l’Assemblée recevait Jacques Toubon, pressenti par François Hollande pour être le nouveau « défenseur des droits », et qui a dû lutter avec talent et énergie pour répondre aux allégations d’une rare bassesse proférées par les plus dangereux parangons de l’ultra-gauche en pleine action au sein de la nouvelle majorité…..

    Et quand on pense que les écoutes téléphoniques sur la base desquelles on veut aujourd’hui humilier l’ancien chef de l’Etat n’ont peut-être aucun fondement légal, on frémit encore davantage !

    Et tout cela au dixième anniversaire du verdict d’Outreau, ce terrible drame judiciaire où l’aveuglement de certains magistrats a semé le malheur sans qu’aucune sanction réelle n’ait frappé les coupables d’un si grand manque de discernement !!!

    Il faudrait interdire aux magistrats, tout bonnement, de faire de la politique, et les choses iraient bien mieux : voilà ce que je pense profondément.

    Ce mercredi 2 juillet 2014,

                                                                                                                                         Guy GEOFFROY

     

     

     

     

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu